Actualités

A l’international, nos partenaires de terrain face au COVID-19

Dans chaque pays où intervient la Fondation Sancta Devota, nos partenaires s’organisent pour prévenir la propagation du virus et leurs activités sont adaptées au mieux pour protéger les bénéficiaires. A ce jour aucun ne compte de personnes contaminées par le COVID-19.

Quelques témoignages

Au Pérou
« Nous allons bien malgré le fait que nous ayons dû fermer les écoles et que nous ne pouvons pas sortir. C’est surtout une grande difficulté pour les familles les plus pauvres qui vivent de leur travail quotidien. Mais grâce à la ferme, nous pouvons continuer à produire des aliments que nous pouvons distribuer aux familles ».

A Madagascar
« Le confinement national a été décrété par le président malgache doublé d’un couvre-feu de 20h00 à 5h00. Nos équipes ne peuvent plus venir travailler Ils vont tous bien et surveillent nos locaux qui ont subi tout récemment une tentative de cambriolage et ils ont dû faire poser des chaînes. Effectivement, les pillages ont commencé. Comme ailleurs les denrées alimentaires ont été prises d’assaut, leurs prix augmentent. A Madagascar, ce n’est que le début mais les conditions sanitaires sont telles que vous comprendrez que nous sommes inquiets pour l’avenir. »

A Haïti
« La pandémie est également là et l’état d’urgence sanitaire a été déclaré par la Président Jouvenel Moise le 19 mars . Depuis lors les écoles, les universités , les églises sont fermées les associations locales et les ONG internationales présentes sur place concentrent désormais leurs efforts afin de limiter la propagation du virus. Même si le confinement de la totalité de la population haïtienne n’est pas réaliste, les ONG insistent sur le respect de la quarantaine pour leurs employés et les encouragent à éduquer et influencer leur entourage sur les mesures de protection. »

Au Népal
« Il n’y a quasiment pas de cas confirmés (1 ou 2) et pas de morts aux dernières nouvelles, mais tout le monde est confiné depuis une semaine environ. Nos étudiants sont rentrés d’Inde sans dégâts mais avec de légitimes craintes pour leurs examens…Les écoles sont fermées, les gamins gardent les chèvres. Les gestes qui sauvent sont largement relayés sur les réseaux sociaux et par des acteurs locaux motivés dont nos principaux correspondants (Rajan et Ram) qui font de l’information auprès des villageois. On espère que le virus n’ira pas se répandre dans le pays ce serait une catastrophe au vu du peu de moyens médicaux dont ils disposent. »

En Mongolie
Le gouvernement impose un confinement. Depuis début février les écoles en Mongolie sont fermées et les enfants n’ont pas le droit de sortir de chez eux.

Au Liban
Le pays compte malheureusement un nombre important de personnes touchées par le COVID-19, 403 cas sont confirmés aujourd’hui. Le confinement est total, des patrouilles de la police et de l’armée veillent au suivi de ces consignes.

Aenean mattis mattis ipsum sed risus. consectetur sit felis luctus dolor.